Ce jeudi, les 100 000 accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) sont de nouveau appelés à se mobiliser.

Indispensables pour de nombreux élèves, ces travailleurs, dont une grande majorité de femmes, se voient imposer des contrats précaires et des temps partiels ne permettant pas de vivre. Cela s’aggrave avec la mise en place à marche forcée des Pôles inclusifs d’accompagnement localisés (Pial), se traduisant par de nombreux déplacements entre établissements scolaires et une moindre prise en charge des élèves handicapés.

Pour répondre aux besoins, des embauches avec une augmentation massive des salaires sont nécessaires.

 

Source link

Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser