Alger avec l’Iran contre les Arabes ?


Une tri­bune libre de  Charles Saint-Prot

Direc­teur géné­ral de l’Observatoire d’études géopolitiques

Qui se res­semble s’assemble. Tout le monde connait ce célèbre adage. Il est par­ti­cu­liè­re­ment vrai pour ce qui concerne les rela­tions entre les régimes ira­nien et algérien.

 Le lan­ce­ment en grande pompe d’un groupe par­le­men­taire  d’amitié algé­ro-ira­nien en pré­sence de l’ambassadeur d’Iran à Alger est une nou­velle mani­fes­ta­tion du lien entre les deux pays

Avec cette ini­tia­tive le régime algé­rien conso­lide son axe avec la Perse  et se posi­tionne  à l’opposé de la majo­ri­té des pays arabes qui consi­dèrent avec rai­son que Téhé­ran repré­sente un dan­ger majeur dans la région.

 Cette démarche devrait être pré­ju­di­ciable au régime algé­rien qui pré­tend orga­ni­ser à Alger le pro­chain som­met arabe. On voit mal en effet com­ment Alger pour­ra par­ve­nir à conci­lier son ami­tié et sa conver­gence de vues avec l’Iran avec la venue des pays du Golfe arabe et tous les États qui craignent le désir hégé­mo­nique de l’Iran. Mais, comme nous le confiait le pré­sident Yas­ser Ara­fat, ni Téhé­ran ni Alger ne sont des par­te­naires fiables. Ils parlent beau­coup et agissent peu, notam­ment pour la Palestine…

De fait, l’Algérie pri­vi­lé­gie une fois de plus l’entente entre les Etats voyous (le pou­voir  syrien, l’Etat ira­nien des Mol­lahs et le régime algé­rien) à ses liens arabes.

Ce double jeu diplo­ma­tique n’est pas nou­veau puisque l’Algérie avait été avec le régime syrien le seul pays arabe à prendre le par­ti de l’Iran contre l’Irak durant la guerre, vou­lue par Kho­mei­ny, de 1980 – 1988. Oui déci­dem­ment qui se res­semble s’assemble et le pacte entre les deux Etats voyous en est la preuve.

Source link


Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser