Les restes de 215 jeunes inuits et métis ont été retrouvés sur le site d’un pensionnat canadien la semaine dernière.

La politique canadienne d’assimilation forcée a conduit à l’enfermement d’enfants indiens, arrachés à leurs parents. Ils ont subi des mauvais traitements, ont été empêchés de parler leur langue, ont été mal nourris et mal soignés. Depuis la fin du 19e siècle, 6 000 enfants auraient trouvé la mort dans ces pensionnats tenus par des prêtres, qui se sont maintenus jusque dans les années 1990.

Devant l’émotion et la colère, le gouvernement parle de « mesures concrètes ». Elles n’effaceront pas la violence exercée par l’État canadien, qui, comme tous les pays capitalistes, dont la France, a fait subir le pire aux populations colonisées.

Image: 

Source link

Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser