Ces liens d’argent entre Zemmour et la caste mondialisée qui nous embarrassent – Terre et Peuple


 

Terre & Peuple est une association qui combat pour la défense de l’identité biologique, culturelle et spirituelle de notre continent européen.

Terre & Peuple ne donne jamais de consigne de vote à ses adhérents et sympathisants, estimant qu’ils sont capables de faire leur choix eux-mêmes.

Aussi les textes et vidéos concernant tel ou tel candidat à l’élection présidentielle d’avril 2022 présentés dans la revue Terre & Peuple Magazine et sur le site internet de T & P, expriment, dans l’esprit de la tribune libre, les opinons de leurs seuls auteurs et non de Terre & Peuple.

 

***************

 

Nous continuons notre tour d’horizon des états-majors électoraux. Après le passage en revue du staff d’Emmanuel Macron, nous examinons celui d’Eric Zemmour. Et, d’emblée, il existe un hiatus évident entre les discours souverainistes du candidat et la réalité très mondialisée de son équipe… et l’origine probablement mondialisée des fonds qui servent à le financer. Faut-il y voir une injonction paradoxale d’un candidat qui joue le sursaut souverainiste, mais qui roulerait pour la caste ?

Zemmour est officiellement le candidat du sursaut souverainiste, et c’est sous cet angle qu’il « se vend » à l’opinion publique. Ce positionnement s’inscrit dans la continuité de ses ouvrages et de ses prestations télévisées.

Mais la réalité de son équipe de campagne, et de son financement, conduisent à introduire de (très) fortes nuances quant à la sincérité de cette posture. Partout, en effet, l’équipe actuelle de campagne est truffée de personnalités qui appartiennent au monde de la mondialisation. Cette présence se double d’un financement qui tape dans le haut de gamme d’une élite pas tellement conforme à l’image réfractaire du candidat.

 

Zemmour et son entourage très mondialisé

Donc, loin des discours patriotiques, Zemmour s’est entouré ces dernières semaines d’une équipe de campagne qui ressemble beaucoup plus à celle d’Emmanuel Macron version 2017 qu’à celle d’un Viktor Orban ou de n’importe quel autre leader souverainiste ou nationaliste.

Nous éviterons ici le sujet Sarah Knafo, conseillère à la Cour des Comptes après sa scolarité à l’ENA, et dont la proximité avec Eric Zemmour a fait couler beaucoup d’encre. Mais, en soi, Sarah Knafo a un parcours beaucoup plus macroniste que « souverainiste », même si (nous en sommes bien d’accord) on ne peut réduire les gens à des petites boîtes. La lecture de sa fiche Wikipedia montre en tout cas avec évidence que Sarah Knafo n’appartient pas exactement au biotope du paysan du Cantal ou du marin-pêcheur de Boulogne.

Nous passons en revue ici les autres membres de sa garde rapprochée, comme nous l’avons fait pour l’équipe de Macron.

 

Jonathan Nadler, la banquier américain qui fait le programme économique

Bien sûr, il y a les grandes déclamations souverainistes, sur la France, sa grandeur, son passé, etc. Mais l’enjeu, c’est le programme économique, tout de même. Et, sur ce point, Eric Zemmour ne prend pas de risque : il en a confié la coordination à un certain Jonathan Nadler, ancien de chez Rothschild et actuel salarié de JP Morgan. Au train où vont les choses, il y a peu de chances que la campagne permette d’aborder ces questions économiques qui fâchent. Mais on peut penser qu’un salarié de JP Morgan (en pause pour 6 mois seulement, le temps de la campagne) ne prendra pas le risque de se mettre en délicatesse avec la caste mondialisée en diffusant des idées trop saugrenues.

Interroger le programme économique de Zemmour et mesurer sa distance avec les grands principes de la caste mondialisée, tel est le point essentiel qui devrait tarauder ses futurs électeurs…

 

Olivier Ubéda, le moins mondialiste du lot

Pour l’organisation des meetings, Zemmour a choisi Olivier Ubéda, qui a récemment défrayé la chronique pour des accusations de moeurs. C’est jouer de malchance, car, dans l’équipe, Ubéda est peut-être celui qui se rapproche le plus du portrait-type du souverainiste. Il a commencé sa carrière dans la politique franco-française, à l’UDF, au cabinet Léotard, puis au cabinet Raffarin, avant de rejoindre l’état-major de l’UMP.

En 2010, Ubéda a bu le sirop de l’entreprise en créant son propre cabinet de conseil en communication. S’il donne fréquemment des conférences à l’étranger, il ne répond pas au profil Rothschild – cabinet de conseil de la caste mondialisée qui entoure Zemmour. Mais son avenir au sein de l’équipe pourrait être compromis à cause des accusations proférées à son encontre.

 

Julien Madar, le financier qui trouve l’argent

Beaucoup plus proche de la mondialisation outrancière est le profil de l’argentier de Zemmour, Julien Madar, entrepreneur dans l’âme qui a tout de même fait un passage de 7 mois chez Rothschild, comme analyste en fusions avant d’intégrer la prestigieuse université de Columbia, au début des années 2010. Madar est un homme discret qui œuvre aujourd’hui dans la « tech » immobilière.

Nous reviendrons un peu plus loin sur les révélations fracassantes que Madar a faites sur le financement de la campagne.

 

Bertrand de la Chesnais, le général de campagne mondialisé

Il n’a échappé à personne que, courant octobre, Zemmour a débarqué Sarah Knafo de son poste de directrice de campagne et l’a remplacé par un général de corps d’armée (ce qui n’est pas rien) : Bertrand de la Chesnais. Ce héros de la nation est sorti de Saint-Cyr en 1980 pour servir dans les parachutistes. Voilà qui sonne bien. Mais, quand Zemmour le recrute pour sa campagne, La Chesnais n’est plus dans l’armée… il est « senior advisor » du cabinet de conseil international Roland Berger, l’un des quatre grands mondiaux, rival de Mc Kinsey et d’Accenture.

On doit peut-être signaler ici qu’à une certaine époque, le général de la Chesnais s’est occupé de la « transformation » du ministère de la Défense. Est-ce pour cette raison qu’il a empilé les contrats de consultants après son départ de l’armée en 2018 ? Car, tout en œuvrant pour Roland Berger, le même général a effectué des missions de visibilité pour différentes sociétés informatiques.

On peut s’interroger sur la transparence de cette fin de carrière où, chez Roland Berger, La Chesnais s’occupait officiellement de « conseils en stratégie et déploiement, dans les domaines de la défense, des industries de défense et de la conduite du changement », qui ressemblent furieusement aux missions qu’il a exercées au sein de son ministère.

Du strict point de vue de la moralisation de la vie politique, ce vieux serpent de mer dont parlent tous les nouveaux arrivants à l’Elysée comme un parfait rideau de fumée pour dissimuler le pire, on peut en tout cas fortement douter que le directeur de campagne d’Eric Zemmour puissent incarner une rupture avec le système de connivence entre intérêts privés et intérêts publics qui a tant prospéré avec Macron, mais qui pourrit la République depuis pas mal de temps.

 

Embarrassantes questions d’argent et de financement

Ces questions de personnes ne seraient au fond pas grand-chose si elles ne s’accompagnaient pas de doutes manifestes quant à l’indépendance du candidat Zemmour vis-à-vis de la caste mondialisée.

 

L’intervention des amis de Rothschild dans la campagne

Nous avons déjà eu l’occasion de dire comment Eric Zemmour, à l’automne, avait pu décrocher un prêt bancaire. C’est grâce à l’assurance de prêt accordée par Pierre Donnersberg, patron de SIACI Saint-Honoré, entreprise de courtage en assurance dont Rothschild et Axa sont les actionnaires historiques (même si Rothschild a quitté le navire il y a cinq ans). Au passage, c’est aussi Donnersberg qui avait assuré le prêt d’Emmanuel Macron, dans sa dernière ligne droite de 2017.

En soi, assurer un prêt n’est pas vraiment un acte politique, mais les similitudes entre la campagne de Macron en 2017 et celle de Zemmour en 2022 sont quand même troublantes.

 

Les carabistouilles de Julien Madar

Plus gênantes sont les confidences de l’argentier Madar sur le trésor de guerre accumulé par Zemmour. Selon un article de Capital publié il y a un mois, en effet, on apprend ceci :

Dans le détail, les adhésions payantes (au prix de base de 30 euros) des 75.000 nouveaux militants du mouvement politique d’Eric Zemmour ont rapporté 3 millions d’euros, tandis que les donations pour la campagne, dont les montants peuvent varier de quelques dizaines d’euros à 4.600 euros (le plafond fixé par la loi pour les particuliers) ont permis d’encaisser 6 millions d’euros depuis septembre. Selon Julien Madar, responsable de la levée de fonds que Capital a contacté, 20.000 sympathisants ont déjà financé la campagne d’Eric Zemmour. Parmi eux, un tiers de gros donateurs ont versé des chèques de 1.000 euros et plus.

Donc, on récapitule :

  • 3 millions € viennent des adhésions « populaires » au parti Reconquête, apportées par 75.000 adhérents (on parle un mois plus tard de 90.000 adhérents), soit une moyenne de 40€ de cotisations
  • 6 millions € (au 1er janvier) viennent de dons, apportés par 20.000 sympathisants. Mais les chiffres précis que donne Nadar sont qu’1/3 des donateurs ont versé 1.000€ et plus.

Cette dernière information pose un vrai problème de compréhension car, en admettant que tous ces « gros donateurs » n’aient donné chacun que 1.000 €, puisqu’ils représentent un tiers de 20.000 personnes, cela signifie qu’ils sont, à grosses mailles, au moins 6.000 à avoir donné 1.000€. Soit 6 millions €. Or 14.000 personnes supplémentaires ont donné de l’argent….

Les comptes sont un peu opaques, mais on retiendra que l’argentier de Zemmour revendique (imprudemment) plus de 5.000 gros donateurs. Dans l’hypothèse où ceux-ci satureraient le plafond de 4.600€ de dons, Zemmour pourrait se trouver à la tête d’un trésor de guerre de 20 millions €, sans compter le produit des cotisations du parti et les autres petits donc…

 

Une technique de levée très mondialisée

Comble de malchance pour Zemmour, Mediapart est parvenu à mettre la main sur la liste de 35 grands donateurs de sa campagne, dont Chantal Bolloré. Personne n’est vraiment surpris par le fait que l’employeur de Zemmour, ou l’entourage direct de son employeur, finance l’effort du salarié qui veut devenir Président. Cette intervention pose toutefois la question de l’indépendance possible d’un Président de la République, si Zemmour était élu, vis-à-vis de l’une des plus grosses fortunes françaises, à la tête d’activité très internationales (notamment en Afrique).

Mais ce sont surtout les révélations de Mediapart, approfondies par Consultor, sur les liens financiers entre le candidat Zemmour et la caste mondialisée qui mettent mal à l’aise.

Ainsi, Mediapart a révélé que Zemmour avait, l’an dernier, fait une conférence au domicile d’Olivier de Panafieu, neveu de l’ancienne ministre Françoise… et cadre éminent de Roland Berger France. Ce dîner-conférence dans les beaux quartiers, avec une trentaine de personnes triées sur le volet, aurait permis de lever des fonds.

Selon les initiés, la technique pratiquée est assez simple : les participants au dîner sont discrètement mandatés par leur employeur pour financer grassement la campagne… à charge pour l’employeur de verser à son mandataire donateur une prime pour compenser la perte.

Rien ne dit que cette technique a été utilisée lors de la soirée Roland Berger. Mais c’est une possibilité qui permet de lever rapidement des fonds. Il semblerait qu’elle ait été utilisée par Emmanuel Macron en 2017.

 

Zemmour et Roland Berger

Dans tous les cas, on ne peut qu’être troublé par l’influence de Roland Berger dans la campagne de Zemmour.

D’une certaine façon, que le mondialiste Macron se laisse porter par cet écosystème est une marque de cohérence idéologique. Qu’en revanche, celui qui en prétend être le pourfendeur utilise les mêmes techniques pose un vrai problème de sincérité et de compréhension de sa candidature.

Quand on s’appuie sur un directeur de campagne issu d’un cabinet de conseil mondial, quand des cadres de ce cabinet organise des conférences avec le candidat dont il est probable qu’elles servent à financer la campagne, on ne peut que s’interroger sur la liberté dont ce candidat dispose vis-à-vis de ces soutiens à l’orthogonal avec ses positions doctrinales.

Pour Zemmour, le risque est évident : celui de s’entendre accuser d’être un fake, ou un poisson piloté par la caste mondialisée pour faire perdre Marine Le Pen et pour neutraliser la tentation « populiste » en France. Avec ou pas le soutien, la malice, le calcul d’un Bolloré comme employeur et soutien financier.

Éric Verhaeghe ( 2 février 2022 )

Source link