Publié le
jeudi 3 juin 2021 •

Temps de lecture :
2 minutes

Depuis quelques jours dans la ville de Canton, la Chine a rétabli les contrôles sanitaires ayant pour objectif de limiter la propagation du virus. Après examen, la Chine constate la présence du variant indien et confine à nouveau le district de Liwan et un test PCR doit être présenté pour quitter la ville.

Nous recueillons cette semaine le témoignage de David Bassir, Conseiller des Français de l’étranger et représentant de l’ASFE à Canton. Présent en Chine depuis 2007, le président de l’association franco-chinoise pour la Science et la Technologie nous parle aujourd’hui de cette situation sanitaire.

Que se passe-t-il actuellement à Canton, avez-vous une idée de l’origine de ces nouveaux cas ?

A Canton, une ville de plus de 17 millions d’habitants est en train de faire face à des nouveaux cas en grande partie importés. On sait juste que c’est un variant indien. Il y a en revanche aussi des cas internes qui poussent les habitants de Canton à suivre les consignes : les limitations de déplacement, le port du masque ou encore éviter les endroits denses. La ville de Shenzhen est aussi concernée par ces nouvelles restrictions. Beaucoup de vols ont été annulés au départ de la ville Canton.

Quelles sont les mesures qui ont été mises en place par le Gouvernement pour répondre à ces nouveaux cas ?

En ce moment avec seulement 47 cas, la ville limite les déplacements entre provinces mais aussi entre villes. La Chine combine à la fois la géolocalisation et l’analyse des données pour le suivi des nouveau cas. Pour circuler en ville votre QRcode (pass sanitaire) doit être vert. S’il change de couleur il faudra absolument se faire tester (ça veut simplement dire que vous étiez en contact dans un rayon de 250 mètres avec une personne dite à risque). Pour quitter la ville il faut absolument avoir un test PCR négatif de moins de 72 heures.

En France, les mesures sanitaires ont parfois suscité de nombreuses protestations comme c’est actuellement le cas pour le pass sanitaire, quel comportement les résidents de Chine ont-ils adopté face aux restrictions ?

En Chine, la culture vis-à-vis des réglementations et du suivi des consignes est différente. Ça n’a posé aucun problème en Chine. Tout le monde comprend les bénéfices d’avoir un traçage et du contrôle. Il faut mentionner le fait que vu la gestion du Covid ailleurs, les Chinois sont convaincus que leur stratégie est la meilleure.

Comment la vaccination avance-t-elle en Chine ?

La vaccination se fait à une cadence rapide. Plus de 15 millions d’individus sont vaccinés chaque jour y compris les étrangers résidant en Chine où beaucoup ont choisi le vaccin chinois. Pour les Français résidant en Chine c’est aussi un gage de pouvoir retourner en Chine s’ils décident de partir en vacances en dehors de la Chine cet été.

Le rythme pré-crise sanitaire a t-il repris en Chine ?

On est encore loin de la situation pré-crise sanitaire, même si les commerces, les restaurants sont ouverts. Le port du masque est obligatoire partout, pour accéder à des supermarchés dans les grandes villes, il faut montrer son QR code vert. Dans les hôtels pour le check-in, il faudra montrer en plus du QR code vert, l’historique des 14 derniers jours pour savoir s’il n’y a pas eu un séjour dans une zone à risques.

Sinon, le plus contraignant en ce moment, c’est le retour en Chine. Une quarantaine de 14 jours stricts est obligatoire. À cela, il faut ajouter parfois une autre semaine ou 14 jours parfois imposée par des institutions comme les universités. 1 mois c’est très difficile à supporter quand on arrive en famille.

David Bassir, Conseiller des Français de l’étranger et référent ASFE à Canton.

Source link

Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser