Communiqué de la NAR du 24 mai 2021

■ Bruxelles met la pression sur l’Écosse.

Depuis les élections législatives du 6 mai 2021, le Premier ministre écossais, Mme Sturgeon a fait part de sa volonté de relancer un processus référendaire sur la question de l’indépendance, prélude à un retour de l’Écosse dans l’Union Européenne. On sait que le Parlement européen prête une oreille attentive à cette revendication : il a manifesté sa défiance à l’égard du Royaume-Uni dès le vote du Brexit et soutenu les indépendantistes écossais en entonnant le 1er janvier 2021 « ce n’est qu’un au revoir » dans la langue de Robert Burns. Le même message a été affiché le même jour par la Commission européenne sur son bâtiment. Plus grave : un appel de 170 personnalités européennes qui demandent une procédure accélérée d’adhésion de l’Écosse à l’Union a été largement relayé par les milieux bruxellois, quelques jours avant le scrutin du 6 mai.

La NAR s’inquiète de l’attitude complaisante du Parlement Européen et de la Commission vis-à-vis des indépendantistes écossais. Elle souhaite que le gouvernement français rappelle fermement à l’ordre les autorités européennes sur ce dossier délicat en leur demandant de respecter la souveraineté du Royaume-Uni, nation amie et alliée, et de mettre fin au plus vite à ces basses manœuvres

Source

Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser