DE QUOI LE PROGRESSISME EST-IL LE NOM ?


Qu’est-ce que le pro­gres­sisme, sou­vent invo­qué comme l’antithèse du conser­va­tisme ou du popu­lisme dans les débats actuels ? Fré­dé­ric Rou­villois, Oli­vier Dard et Chris­tophe Bou­tin, dans leur « Dic­tion­naire du pro­gres­sisme » (édi­tions du Cerf), détaillent ce qu’implique de nos jours l’idéologie qu’il recouvre.

Atlan­ti­co : Vous venez de publier, aux édi­tions du Cerf, Le dic­tion­naire du pro­gres­sisme. Comme vous l’y expli­quez, le mot et l’idéologie du pro­gres­sisme appa­raissent dans le cou­rant du XIXe (1835 chez Charles Fou­rier). Ce mot a eu une réa­li­té jusqu’à nos jours. Mais qu’est ce que la notion de pro­gres­sisme ? En quoi est-elle iden­tique ou dif­fé­rente à ce qu’elle incar­nait historiquement ?

Fré­dé­ric Rou­villois : La dis­tinc­tion que vous esquis­sez ici, entre une dimen­sion idéo­lo­gique et une dimen­sion his­to­rique, paraît très féconde, et cor­res­pond au pro­pos de notre Dic­tion­naire. Sur le plan idéo­lo­gique, en effet, ou phi­lo­so­phique, l’idée de pro­grès – selon laquelle il existe un sens de l’histoire humaine, qui avance de façon néces­saire et illi­mi­tée vers le mieux : une huma­ni­té qui s’extrait pro­gres­si­ve­ment de la boue pour s’élever vers le ciel, dirait Vic­tor Hugo -, cette idée, donc, appa­raît et se forme petit à petit à par­tir de la fin du XVIIe siècle, mais elle se construit au sein d’un monde encore pro­fon­dé­ment stable, appa­rem­ment immo­bile, que ce soit sur un plan ins­ti­tu­tion­nel, reli­gieux, cultu­rel, social ou éco­no­mique. Elle-même s’appuie sur des muta­tions signi­fi­ca­tives mais d’ordre essen­tiel­le­ment théo­rique (on songe au car­té­sia­nisme, au new­to­nia­nisme, etc.), qui échappent tota­le­ment à l’appréhension des masses. Ce qui fait qu’il existe bien, avant le XIXe siècle, des par­ti­sans de l’idée de pro­grès, mais encore peu nom­breux, cette der­nière étant encore loin de consti­tuer une évi­dence. C’est d’ailleurs l’un de ses par­ti­sans, Condor­cet, qui va pro­po­ser la for­mu­la­tion clas­sique de cette idée dans un texte post­hume, L’Esquisse d’un tableau his­to­rique, écrit en 1794, juste avant qu’il ne se sui­cide pour échap­per à la Ter­reur. Et c’est donc au XIXe siècle – alors que les pro­grès, ou du moins les chan­ge­ments, sont désor­mais per­çus par tous comme une réa­li­té incon­tes­table -, que le pro­gres­sisme va apparaître.

La suite

Source link


Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser