Djaouad Mzé – Mes réalisations comme élu consulaire


Publié le
mercredi 12 mai 2021 •

Temps de lecture :
2 minutes

Durant ces sept dernières années, ma mission a porté sur l’assistance aux Français de l’étranger dans la réalisation de leurs démarches administratives. De ce fait, j’ai eu à traiter plus de 750 dossiers : visa conjoint, regroupement familial, actes de naissance, de mariage et de décès, demandes de nationalité, demandes de passeport, évacuation sanitaire, etc…

Une position qui m’a placé au cœur de la vie des Français vivant en Union des Comores. C’est donc naturellement que je me suis investi pour défendre les droits des familles dans les commissions de bourse et ce de manière objective et en toute discrétion, dans le respect de l’intimité des familles.

L’éducation est une de mes priorités. En tant que conseiller consulaire, j’ai œuvré activement pour l’obtention de l’homologation de la classe de Seconde. En effet, grâce à mon intervention auprès de l’AEFE et soutenu par un bon réseau d’amis influents, j’ai pu décrocher l’homologation de la Seconde, longtemps restée lettre morte. Cette homologation a permis aujourd’hui à l’école d’étendre son homologation de la classe de Première et de Terminale, devenant ainsi centre d’examens. C’est l’une de mes plus belles réussites car ce faisant j’ai contribué au maintien des enfants qui devaient quitter le pays beaucoup trop tôt pour poursuivre leur scolarité à l’étranger. Une rupture familiale que j’ai personnellement vécue et dont je mesure l’ampleur des conséquences.

Qu’est-ce qui a permis la réalisation de tout cela :

Tout d’abord une disponibilité de chaque instant. Étant chef d’entreprise, il m’est possible d’aménager mes horaires pour pouvoir recevoir sur mon lieu de travail.

À cela s’ajoute une bonne entente avec le service consulaire, très important pour plaider correctement et objectivement en faveur des Français de l’étranger.

J’ai la chance de baigner dans une double culture me permettant de comprendre les attentes des uns et des autres et de proposer des solutions consensuelles.

Enfin, mon sens de l’écoute, de l’entraide et de la solidarité. Ma fonction de conseiller consulaire est un prolongement de mon engagement associatif qui consiste à aider mon prochain. Pour ce faire, je suis convaincu qu’il faut aimer aider les gens sans attendre en retour, sans avoir un quelconque intérêt personnel, ce que je m’assigne à faire depuis 7 ans déjà quand vous avez mis votre confiance en moi.

Source link