Elizabeth Windsor et Elizabeth Truss: un bilan intermédiaire – Terre et Peuple


ewt1

 

Une évaluation sobre des capacités du système politique britannique dans une nouvelle phase de crise exceptionnellement aiguë du développement mondial s’impose.

Deux jours après avoir rencontré son homonyme et l’avoir confirmée comme Premier ministre, la reine Elizabeth II, minée par un stress excessif, a quitté ce monde. Il est difficile d’imaginer un moment plus symbolique et providentiel.

La Reine a commencé à régner sur le pays avec Churchill et l’a laissé avec Truss: la dégradation est évidente, mais le vecteur politique du premier et de la seconde est le même. Elizabeth II, en tant que monarque, n’a jamais été une figure décorative et a toujours été impliquée dans les affaires publiques bien plus que ce que l’on pouvait attendre d’elle. Même la première fois qu’il lui a parlé de politique, Churchill a été interpelé par la profondeur de ses connaissances.

Il ne fait aucun doute qu’Elizabeth II partage non seulement formellement (en tant que monarque qui ordonne l’usage de la force), mais en fait avec ses premiers ministres, la responsabilité de toutes les interventions, guerres, répressions et coups d’État dans le monde déclenchés par la Grande-Bretagne au cours des 70 dernières années. Le symbole de la complicité personnelle de la Reine dans les crimes de guerre a été sa prestation devant un piano volé au palais de Saddam Hussein. Et puis il y a eu et il y a Suez, les Malouines, l’Irak, la Yougoslavie, la Libye, la Syrie, l’Ukraine: partout l’élite britannique a laissé des marques sanglantes dans le monde au cours des 70 ans de règne d’Elizabeth II. Les réseaux sociaux en Argentine, en Iran, en Égypte se réjouissent aujourd’hui de la nouvelle de la mort de la reine.

Pour la société britannique elle-même, ce furent 70 ans de dégradation de la culture, de l’éducation, des infrastructures, de la protection sociale, des soins de santé et de l’économie. Aujourd’hui, les gens ordinaires et les villes du Royaume-Uni sont plus pauvres et plus ruinés qu’il y a seulement un demi-siècle. Un tiers de la population britannique est constituée d’immigrants ou de descendants d’immigrants, un fait qui se reflète désormais de manière éclatante au niveau du gouvernement et du parlement.

Le Commonwealth britannique s’est effondré sous nos yeux au cours des deux dernières décennies. L’Inde a même rompu ses liens symboliques avec Londres et mène une politique totalement indépendante. Les Fidji ont fait sécession du Commonwealth, la Barbade de la Couronne britannique. L’Australie et la Jamaïque abordent pour la première fois une discussion politique sérieuse sur la sécession, sur le rejet de la souveraineté britannique suite au prochain couronnement de Charles. Bien sûr, il ne faut pas s’attendre à une sécession immédiate, mais le processus est en cours. En quelques années, Londres pourrait – si les circonstances extérieures le permettent – perdre non seulement ces territoires d’outre-mer, mais aussi l’Écosse et l’Irlande du Nord, devenant ainsi un royaume divisé.

Le décès d’Elizabeth II ne peut pas être simplement évoqué comme s’il s’agissait d’une simple question d’âge. Sa mère et son mari ont vécu plus longtemps qu’elle. Elle s’inscrit dans la tendance de l’année 2022, avec la grande guerre de libération en Ukraine et le glissement tectonique de l’économie mondiale vers la multipolarité, avec les décès symboliques de ceux qui incarnaient cette époque proche et révolue, de Jirinovski aux responsables de l’effondrement de l’Union soviétique. En l’espace de quatre mois, Chouchkevitch, Kravchuk, Burbulis, Bakatin et Gorbatchev sont morts les uns après les autres, ce qui ne peut être une simple coïncidence. Elizabeth II trouve logiquement sa place dans cette énumération nécrologique, tandis que les noms de Biden, Kissinger et Soros manquent encore à l’appel.

Elizabeth II était un symbole de l’atlantisme « doux ». Il semble qu’elle n’ait fait des commentaires ouvertement anti-russes qu’une seule fois, il y a quelques années, dans un discours du trône devant le Parlement. Son rôle dans le système atlantiste était de représenter le « bon flic » face à ses premiers ministres. Aujourd’hui, les masques sont tombés et la catastrophe anthropologique vivante qu’est aujourd’hui la Grande-Bretagne, en la personne de Liz Truss, est harmonieusement complétée par le roi Charles III de Grande-Bretagne, caricatural et très mal aimé, qui a battu tous les records d’âge pour accéder au trône.

Le choix du nom de Charles pour le trône, d’une part, ramène pour la première fois la couronne britannique au souvenir des Stuarts et à ses racines écossaises. Bien qu’il n’y ait pas une goutte de sang anglais ou écossais chez Elizabeth et Charles, seulement du sang allemand et un peu de sang danois, tous deux ont pris soin de donner la priorité à l’Écosse dans leurs visites et leurs titres. Ce n’est pas une coïncidence si la reine a passé les derniers mois de sa vie au château de Balmoral, en Écosse.

 

ewt2

 

D’autre part, Charles II (1766-1788) était le nom du prétendant au trône britannique, le légendaire favori Charles Edward Stuart, « Bonnie Prince Charlie », dont le monument se dresse même à Derby, en Angleterre. Dans cette optique, le choix par le nouveau roi du nom de Charles III révèle un accent délibérément provocateur de sa succession aux monarques libéraux et oligarchiques qui gouvernent les îles depuis 1689 et qui sont étroitement alliés à l’élite financière et politique de la City. Le Prince Charles a longtemps cherché à se créer une drôle de réputation de champion du traditionalisme, mais ces dernières années ont montré à quel point il l’était.

L’engagement du nouveau roi envers l’atlantisme et le mondialisme sera tout aussi ferme que celui du nouveau premier ministre. Mais une nouvelle ère se profile à l’horizon, une ère sans Gorbatchev, si vous voulez ; et les différences se manifesteront par une profonde crise politique intérieure, un effondrement énergétique et une rupture complète des procédures démocratiques, même apparentes (c’est déjà le troisième premier ministre à arriver au pouvoir sans élections générales et malgré la haine de la majorité de la population du pays).

Du point de vue de la Russie, il n’y a pas lieu de se réjouir ou de se désoler. Il est nécessaire de procéder à une évaluation sobre des capacités réelles du système politique britannique dans la nouvelle phase, extraordinairement aiguë, du développement mondial. Mais l’écrasante majorité de la population britannique, selon tous les sondages et enquêtes, n’est manifestement pas heureuse de voir Charles III devenir ou de voir Liz Truss ou Boris Johnson à la tête du gouvernement, ou de subir l’imposition autoritaire du programme LGBT ou de se voir administrer des factures astronomiques d’électricité et de chauffage. On ne peut que lui présenter nos condoléances.

Maxim Medovarov

 

Souce: https://www.ideeazione.com/elizabeth-windsor-ed-elizabeth-truss-risultati-intermedi/

Source link


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.