A propos de la grande réinitialisation

ou le syndrome du vélo-taxi

 

La Grande Réinitialisation, ou Great Reset, est actuellement l’objet d’une méfiance légitime mais aussi des fantasmes les plus divers, ce à quoi se prête particulièrement bien son caractère multiforme et attrape-tout. Pour essayer d’y voir plus clair, mieux vaut sans doute s’intéresser au discours le plus officiel et le plus « politiquement correct » qui soit, afin de discerner quelles peuvent être les intentions explicites et implicites de ceux qui tentent de façonner le système international sous tous ses angles. Tel est The Great Reset, livre de Klaus Schwab et Thierry Malleret, le premier des coauteurs étant Président et fondateur du World Economic Forum, ou Forum de Davos.

Cet ouvrage, qui aborde les thèmes les plus divers, apparaît tout d’abord remarquablement composite – comme l’est la question de la Grande Réinitialisation elle-même. Mais cela n’est pas non plus sans lien avec la volonté d’amalgamer différentes réalités qui n’ont véritablement rien à voir les unes avec les autres, comme en témoigne par exemple l’étonnant inventaire[1] de tout ce que la crise du coronavirus devrait changer à l’avenir. En mêlant des domaines qui ne peuvent que connaître des changements du fait de la crise sanitaire (un certain essor du numérique, l’éloignement croissant des Etats-Unis d’avec la Chine,…) et d’autres pour lesquels cela n’a rien d’évident (la politique fiscale, la recherche d’un « bien commun » mal défini,…), les auteurs créent des évidences qui ne sont que de fausses évidences. Quand ils envisagent, parmi les conséquences de la crise, l’essor des revendications relatives au changement climatique, à l’égalité des sexes (dits « genres ») et aux droits des homosexuels (dits « LGBTQ »)[2], on croit tout simplement rêver… Il semblerait qu’en procédant ainsi ils veuillent faire admettre, à la faveur des modifications inévitables qui résulteront à court et moyen terme de la crise du coronavirus, le caractère fatal et définitif de modifications de bien plus grande ampleur dans des domaines fort éloignés du domaine sanitaire. « Beaucoup d’entre nous se demandent quand les choses vont revenir à la normale. La réponse est : jamais[3] », « Cela n’arrivera pas parce que cela ne peut pas arriver[4] », assènent-ils de façon plus lapidaire encore. Or, personne ne peut affirmer de façon péremptoire que le monde d’avant le coronavirus est dissous, alors qu’il est beaucoup plus probablement mis entre parenthèses. Certes, si l’on s’acharne sur des pans entiers de l’économie, comme on le fait pour le commerce de détail et en particulier pour les métiers de la restauration, on peut en effet les détruire. Mais alors il s’agira d’un processus purement volontaire et pervers, pas d’une évolution directement due à la crise. Klaus Schwab et Thierry Malleret, s’ils ne vont pas jusqu’à se réjouir ouvertement de l’effondrement de certains secteurs et des pertes d’emplois qu’ils envisagent (86 %, 75 % et 59 % des emplois respectivement dans la restauration, le commerce de détail et le secteur des loisirs[5] ; fermeture en France et au Royaume-Uni de 75 % des restaurants qui ne sont pas liés à de grands groupes[6], comme le précisent fort opportunément les auteurs[7]), ne semblent pas s’en préoccuper beaucoup, Klaus Schwab allant jusqu’à affirmer : « La pandémie nous offre (…) une « fenêtre d’opportunité » rare mais étroite pour penser, réimaginer et réinitialiser notre monde[8] ». La virtualisation et la robotisation à outrance seraient donc un nouvel avenir radieux ?

Une impression de malaise se dégage donc à la lecture de cet ouvrage qui mêle les observations pertinentes, les constatations empreintes de bon sens tombant parfois dans les lieux communs, les propos qui veulent apparaître comme des évidences scientifiques simplement en revêtant les habits d’un style terne et froid, les affirmations péremptoires et les raisonnements forcés et biaisés – comme si, en invoquant de vrais problèmes dont ils exagèrent démesurément l’ampleur, Klaus Schwab et Thierry Malleret ambitionnaient de mettre en œuvre une refonte totale de notre mode de vie… au bénéfice de qui ? En lisant tout ceci, il est impossible de ne pas penser aux GAFAM, les nouveaux fers de lance de l’économie américaine et, plus encore, du mondialisme, qui sont les seuls véritables gagnants de la crise sanitaire. L’effondrement pur et simple de pans entiers de l’économie ne leur poserait guère de difficultés, surtout si cette ruine concernait essentiellement le commerce de détail :

– elle supprimerait une concurrence gênante, et les coûts qui en résulteraient seraient supportés par la sphère publique selon le merveilleux principe de la privatisation des profits et de la nationalisation des pertes ;

– en effet, cet effondrement, en poussant de nombreux artisans et commerçants vers le chômage (au titre duquel ils n’ont généralement droit à aucune indemnité), inciterait les Etats à créer un revenu de base universel, moins coûteux que les allocations-chômage et qui, en France, pourrait être intermédiaire entre le RSA et le SMIC, soit par exemple du niveau de l’allocation pour adultes handicapés ;

– ce pouvoir d’achat minimal ne suffirait pas pour autant aux besoins d’une grande partie des laissés-pour-compte, beaucoup étant chargés de famille ou se trouvant dans la force de l’âge. Il en résulterait la création d’une armée de tâcherons sous-payés, chargés d’emballer et de livrer les produits commercialisés par les GAFAM. L’importance des effectifs de cette main d’œuvre au rabais, fort opportunément apparue sur le marché du travail, serait défavorable aux pressions à la hausse de leurs rémunérations (qui ne seraient de toute façon pas de vrais salaires, mais des paiements à la vacation) ;

– notons que pour se soigner, ces « travailleurs réinitialisés » n’auraient aucun problème grâce à la télémédecine dont les auteurs font l’apologie[9], alors qu’elle est un exemple typique de pis-aller provisoire, mais que certains rêvent de pérenniser en tant que formule dégradée destinée aux pauvres et aux isolés. Voilà encore un merveilleux prétexte pour continuer à laisser à elle-même la France périphérique et ses équivalents dans les autres pays développés…

L’ubérisation du monde deviendrait ainsi totale.

Est-ce cela que veulent les hommes du Système international ? Ils ne le disent pas clairement, mais ils décrivent ce scénario avec une telle complaisance que l’on comprend où vont leurs intérêts et leurs préférences.

Certes, il y a des enseignements à tirer de la crise du coronavirus, et de vrais changements durables à mettre en œuvre. Seulement, ils ne sont pas les mêmes que ceux voulus par Klaus Schwab, Thierry Malleret et les GAFAM, mais bien plutôt ceux-ci :

– améliorer les processus de décision dans les situations de crise[10] ;

– réorganiser la production de façon à ne pas dépendre entièrement de l’étranger (surtout si cette dépendance s’exerce à l’égard d’un seul pays) pour des produits vitaux, tels que les équipements sanitaires ;

– faire face au problème de la dette publique en réduisant les dépenses superflues, tout en augmentant le nombre de places de réanimation et en accroissant le nombre et la rémunération des personnels hospitaliers.

Quant au télétravail, il sera probablement davantage pratiqué que par le passé, car beaucoup de salariés l’ont découvert à l’occasion de la crise sanitaire. Mais, de même que tout ce qui est robotisé ou virtuel, il trouvera ses limites dans ce fait qu’une entreprise, non plus d’ailleurs quelque organisation que ce soit, ne peut fonctionner avec efficacité sur un mode essentiellement virtuel.

Tout ceci est important, mais ne bouleversera pas le monde. Il s’agira d’ajustements et d’évolutions, non d’une révolution. On ne peut exclure que ceux qui prétendent le contraire le fassent en vue de promouvoir des buts et des intérêts spécifiques. Ils font penser à l’un des personnages du fameux film Le Viager qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, se lamentait de la faillite d’une compagnie de vélos-taxis dans laquelle il avait investi. Or ce n’est pas ainsi que marche le monde : quand la jambe est guérie la béquille retourne au placard et, après la crise sanitaire, les gens reviendront à la vraie vie. Avec tout de même un problème, et de taille : ceux qui prétendent aujourd’hui le contraire ont, hélas, beaucoup plus de moyens de pression que le pauvre homme aux vélos-taxis.

Jean-Paul TISSERAND

 

[1] COVID-19 : The Great Reset, p. 16.

[2] Ibid., p. 78.

[3] Ibid., p. 11.

[4] Ibid., p. 131.

[5] Ibid., p. 119.

[6] C’est l’auteur du présent texte qui souligne.

[7] Ibid., p. 146.

[8] Ibid., p. 185.

[9] Ibid., p. 118-119.

[10] Cf. Sécurité nationale : faire face aux crises d’ampleur nationale – CNIP

Source link

Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser