La défaite des pays arabes face à l’attaque israélienne de juin 1967 a eu des ré…

La défaite des pays arabes face à l’attaque israélienne de juin 1967 a eu des répercussions directes sur le plan palestinien : le combat national s’est affranchi de la tutelle arabe officielle. La lutte armée s’est affirmée et a pris de l’ampleur. Les Palestiniens ont cessé définitivement de miser sur le soutien des armées régulières arabes dans leur combat, notamment après l’acceptation par l’Égypte et la Jordanie de la résolution 242 adoptée par l’ONU en novembre 1967. Libérer la Palestine n’était plus le but des pays arabes, il s’agissait désormais d’effacer les traces de l’agression de juin 1967.

La défaite a également eu pour effet de confirmer l’orientation prônée par le Fatah au milieu des années 1960 selon laquelle le peuple palestinien ne devait compter que sur ses propres forces dans son combat pour la libération. Il lui fallait pour cela recourir à la lutte armée, seule voie effective à ses yeux. Ce choix devait donner naissance à de nouveaux mouvements palestiniens, nationalistes ou de gauche. Grâce à la résistance armée, l’image du Palestinien était transfigurée : de réfugié et d’exilé il devenait un combattant fedayin portant les armes.

De la défaite arabe émergea la résistance palestinienne – Juin 1967, une guerre de six jours qui n’en finit pas

Source

Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser