Les populistes américains à la rescousse : de Jefferson à Bryan – Terre et Peuple


 

Une histoire du populisme américain, publié par la maison d’édition Oaks

po2

Le populisme n’est pas un ennemi à abattre. Bien que la formulation officielle mette à l’index le populiste, coupable de remuer démagogiquement des questions de grand impact pour tenter d’attirer l’attention et le consensus du peuple, si l’on consulte l’encyclopédie, on constate que, lorsqu’on parle de populisme, on se réfère à des « tendances ou mouvements politiques développés dans des domaines et des contextes différents (…) qui peuvent être attribuées à une représentation idéalisée du « peuple » et à l’exaltation de ce dernier comme porteur d’instances et de valeurs positives (principalement traditionnelles), par opposition aux défauts et à la corruption des élites. Parmi ces traits communs, la tendance à dévaloriser les formes et les procédures de la démocratie représentative, en privilégiant les modalités de type plébiscitaire, et l’opposition des nouveaux leaders charismatiques aux partis et aux représentants de la classe politique traditionnelle ont souvent pris une importance politique particulière ».

Attentives aux grands thèmes historiques, les éditions Oaks présentent une « Histoire populiste des U.S.A. de Jefferson à Bryan », un essai de l’historien américain Avery Craven (1885-1980) publié en 1941 sous le titre Democracy in American Life. Lançant une pique à ses compatriotes, coupables de n’avoir « jamais pu donner une définition exacte de la démocratie », Craven stigmatise « l’individualisme forcené », à l’origine d’une néfaste « aristocratie de la richesse ». Il méprise donc « l’individu libre » qui, à des « fins personnelles », accumule des richesses et met en œuvre des « programmes matériels ».

 

po3

 

Contre « la richesse et le pouvoir », contre la déprédation de la « richesse publique », dans le contexte vaste et varié des États-Unis, Craven nous présente quelques personnages que l’on pourrait définir comme des populistes et, par conséquent, des antidotes aux maux dénoncés. Commençons par Thomas Jefferson (1743-1826), vice-président des États-Unis de 1797 à 1801, année où il est devenu le troisième chef d’État, poste qu’il a occupé pendant deux mandats jusqu’en 1809. Démocrate et républicain, nationaliste et libéral, la parole de Jefferson conjugue le respect des lois et de la Constitution, mais aussi la rébellion « contre les abus ».

 

po4

 

Défenseur d’une liberté fondée sur la paix et l’ordre, opposé à toute ingérence du gouvernement dans la vie des citoyens, Jefferson était convaincu que l’élimination des inégalités entraînerait une plus grande croissance démocratique aux États-Unis. Même si certains de ses programmes n’ont pas abouti lorsqu’il est devenu chef d’État – abolition de l’esclavage, amélioration des conditions de vie des agriculteurs, réduction des impôts – Jefferson reste une figure qui fait débattre les historiens, s’attirant les sympathies et les antipathies de la gauche comme de la droite.

 

po5

 

Intéressons-nous maintenant à William Jennings Bryan (1860-1925), une figure explosive du populisme américain. Bryan a été trois fois candidat démocrate malheureux à la présidence des États-Unis entre la fin du XIXe siècle et la première décennie du XXe siècle. Défenseur tenace de l’isolationnisme américain en politique étrangère – il changera d’avis lorsque les États-Unis entreront dans la Première Guerre mondiale – Bryan est le prototype du populiste. Attentif aux questions féminines, constitutionnelles, sociales et syndicales, favorable à la prohibition, il s’oppose au pouvoir des oligarchies.

En juillet 1896, lors de la convention démocrate de Chicago en vue des élections présidentielles du mois de novembre suivant, Bryan bouleverse le parti démocrate en l’amenant à des positions populistes et, à seulement 36 ans, il obtient l’investiture pour la Maison Blanche. Au cours de la campagne présidentielle, Bryan parcourt un peu plus de 29.000 kilomètres et prononce des discours explosifs. Une partie considérable de la population est infectée par son programme économique « d’argent facile », qui implique la frappe illimitée d’argent. C’est un gigantesque plan de souveraineté monétaire au profit de ceux qui vivent la misère d’un quotidien plein de privations, qui soutiennent une économie déprimée et qui profitent d’une agriculture en crise. Soutenu par le parti démocrate, le parti populiste et le National Silver Movement, Bryan est battu de 600.000 voix par le candidat républicain William McKinley (1843-1901) qui, fort d’une machine électorale bien rodée, devient le 25e président des États-Unis.

 

po6

 

Après avoir effectué les comparaisons nécessaires en termes d’époques et de dynamiques socio-économiques, certains des programmes proposés ces dernières années par divers mouvements populistes, tels que l’impression de monnaie pour soutenir les classes les plus faibles et l’économie en difficulté, ne sont pas différents des projets de Bryan. Il ne faut pas oublier la proposition avancée en 2019 par la Ligue du Nord (en Italie) – au gouvernement avec le Mouvement 5 étoiles – en faveur du lancement de Minibots, des titres en circulation qui auraient permis à l’État de rembourser immédiatement ses nombreuses dettes, donnant une bouffée d’oxygène aux créanciers en difficulté. Cette proposition a été rejetée par le gouverneur de la BCE de l’époque, Mario Draghi.

 

po7

 

Il est indéniable que le populisme a laissé une trace profonde dans la société américaine. Spiro Ted Agnew (1918-1996), choisi par le président Nixon (1913-1994) comme adjoint lors de ses deux mandats présidentiels en tant que « mystique, patriote à l’ancienne, maître stratège sur les questions urbaines », de 1969 à 1973, a fait le « sale boulot » que son patron, pour des raisons évidentes, ne pouvait pas faire. L’ancien gouverneur du Maryland, en plus de s’adresser à l’Amérique profonde, dans un langage cinglant, s’en prend aux ennemis de Nixon, décrivant les journalistes comme une « petite fraternité fermée d’hommes privilégiés élus par personne » et les détracteurs comme des « nababs du négativisme ».

 

po8

 

Nous en arrivons au populiste républicain Pat Buchanan (1938), conseiller des présidents Nixon, Ford et Reagan, anticommuniste intransigeant – peut-être l’un des rares du parti républicain – qui a tenté à deux reprises de monter à la Maison Blanche, mais a été battu lors des nominations de 1992 et 1996 par George H.W. Bush et le sénateur Bob Dole. Partisan d’une Amérique isolationniste non embrigadée dans les querelles mondiales, allergique à « l’insipide establishment de Washington », adversaire du monde libéral-progressiste voué à un hédonisme débridé, Buchanan, dans son livre The Death of the West : How Dying Populations and Immigrant Invasions Threaten Our Country and Our Civilisation, publié au début des années 2000, dénonce notamment la baisse importante du taux de natalité combinée à un sentiment et une croyance hostiles au christianisme et désormais généralisés.

 

po9

 

Le reste est l’histoire de notre époque, avec Donald Trump qui, a un contre tous, bien que n’étant plus à la Maison Blanche, continue de bénéficier d’un nombre formidable de consensus populiste.

Une dernière remarque. Dans l’introduction, Luca Gallesi souligne que le « front populiste » américain n’a jamais succombé « à la tentation de la lutte des classes prônée en Europe par le marxisme ». C’est un axiome qui est toujours valable aujourd’hui, étant donné que la gauche, ainsi que la droite libérale, s’opposent au populisme et, par conséquent, aux mouvements qui, sans s’en réclamer, agissent de manière populiste.

Michele Salomone

(oakseditrice.it)

Source: https://www.barbadillo.it/102839-populisti-usa-alla-riscossa-da-jefferson-a bryan/?utm_campaign=shareaholic&utm_medium=whatsapp&utm_source=im&fbclid=IwAR062f6rBtGz-AhBqOP8rfKGI5JNGNiQcry4WCIuA1c7iiFisocxzXrqN7Q

Source link


Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser