Depuis janvier, la réforme des aides au logement occasionne de nombreux blocages, retards ou suppressions soudaines des versements aux familles. Certaines se retrouvent en détresse avec des allocations divisées par trois et des délais de traitement des dossiers multipliés par deux.

Les directions des Caisses d’allocations familiales parlent « d’anomalies et de dysfonctionnements » dues au chevauchement entre deux logiciels. Mais c’est le manque d’employés qui aggrave la situation.

Quand il s’agit pour l’État d’aider le grand patronat, jamais d’anomalies et de dysfonctionnements !



Source link

Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser