Non à la criminalisation du droit à manifester notre soutien au peuple palestinien – pcof.net



A la fin de l’après-midi du mercredi 12 mai, malgré l’interdiction par la préfecture de police sous motif fallacieux, près de 200 personnes se sont réunies à Paris aux Invalides à proximité du Quai d’Orsay à l’appel du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens auquel participe notre parti. Ce rassemblement avait pour objectif de dénoncer les bombardements israéliens de Gaza et la répression des manifestants à Jérusalem de cette semaine qui ont déjà fait une trentaine de morts dont 12 enfants et des centaines de blessés. Alors que des rassemblements étaient autorisés en province, la préfecture de police a explicitement interdit le rassemblement à 13h. Cela n’a pas empêché des jeunes, des syndicalistes, des militants des organisations et partis membres du CNPJDPI  de scander « Israël criminel, Macron complice! » et « sanctions, sanctions, sanctions contre Israël » pendant une heure sans que les CRS ne trouvent de prétexte pour intervenir, jusqu’à ce que la délégation du CNPJDPI ne soit reçue au quai D’Orsay. Mais c’est alors que la délégation quittait le ministère des affaires étrangères après le dispersement du rassemblement que le président de l’AFPS Bertrand Heilbronn qui avait déclaré le rassemblement, a été arrêté et conduit au commissariat du 6e arrondissement pour organisation de rassemblement interdit ! C’est sans doute la première fois qu’un responsable d’organisation, reçu au ministère dans le cadre d’une délégation, se fasse arrêter à la sortie de l’entrevue !Une « première » qui ne doit pas être banalisée et qui ne l’a pas été par un grand nombre d’organisations de soutien à la cause palestinienne et plus largement, car il s’agit d’un nouveau pas dans la criminalisation de la contestation sociale et politique. Il s’agit aussi d’une tentative d’intimidation grossière à l’encontre de l’AFPS.

Notre parti a tenu à adresser un
message de solidarité avec le président de l’AFPS.

Nous reproduisons le communiqué du collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, suite à l’interdiction des rassemblements, manifestations, de soutien au peuple palestinien, et à l’arrestation suivie d’une garde à vue du président de l’AFPS.

Depuis, les interdictions se sont multipliées, montrant une fois encore le soutien des autorités françaises à la politique criminelle d’Israël.

Communiqué du CNPIDPI

Notre parti a signé l’appel suivant :

Nous serons présents le 15 mai à Barbès ! Soutien à la lutte du peuple palestinien ! Pour la liberté de manifester !

Alors que l’État d’Israël poursuit son
agression meurtrière contre les Palestiniens, suscitant une légitime
indignation aux quatre coins du monde, le préfet de Police a décidé, à la
demande du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, d’interdire la manifestation
de solidarité avec les Palestiniens organisée samedi 15 mai, 15h à Barbès,
ainsi que le rassemblement prévu à midi à la Fontaine des Innocents. 

Cette décision, prise au nom de prétextes
fallacieux, est intolérable et attentatoire aux libertés publiques. Parce que
nous refusons de taire notre solidarité avec les Palestiniens, et que l’on ne
nous empêchera pas de manifester, nous serons présents à Barbès demain à 15h.

Une
conférence de presse sera organisée à 13h à l’UL CGT du 18e (42 rue de
Clignancourt).

Premiers signataires :

Action Antifasciste Paris-Banlieue, Acta
Zone, AFD International, Afps
Paris-Sud, Association de Palestiniens en Ile
de France, Association France-Palestine Solidarité – Paris 14-6, Association Nationale
des Communistes, ATTAC, BDS France – Paris, Collectif Ni Guerres Ni État de
Guerre, Collectif des Étudiants Musulmans, Collectif Ivryen pour la Palestine, Comité
Montreuil Palestine, Coordination Contre la Loi Séparatisme, Ensemble, Fédération
des Associations de Solidarité avec Tout·e·s les Immigré·e·s, Fondation Frantz
Fanon, Le Forum Palestine Citoyenneté, Front
Contre l’Islamophobie et pour l’Égalité des Droits pour tous, Paris-Banlieue, Front
Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires, Justice et Droit sans
Frontières, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti des Indigènes de la République,
Parole d’Honneur – média, Parti des Travailleurs (Tunisie) – section France, Rete dei Communisti (Italie) – section France, Union
Locale CGT Paris 18ème, Union syndicale Solidaires, Union Juive Française pour la paix,



Source link


Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser