🔴 Présentation de notre proposition de loi pour étendre le RSA aux jeunes de 18 à 25 ans

La majorité politique est à dix‑huit ans : un Français peut voter. La majorité pénale est à dix‑huit ans : un Français peut être emprisonné. Pourquoi la majorité sociale n’est‑elle pas à dix‑huit ans ? Pourquoi, jusque vingt‑cinq ans, les jeunes sont‑ils exclus du « revenu de solidarité active » ? Pourquoi leur refuse‑t‑on « le droit fondamental de tous les citoyens à disposer de ressources suffisantes pour vivre conformément à la dignité humaine », droit énoncé dans le préambule de la Constitution française de 1946 et par le Conseil de l’Europe ?

Cette discrimination, par l’âge, est déjà aberrante en temps normal : le taux de pauvreté est, chez les jeunes, trois fois supérieur aux plus de 65 ans. Mais par les temps de crise que nous traversons, cette discrimination devient insensée, impitoyable. On peut citer des chiffres, encore approximatifs, certes : 40 % ont connu une baisse de leurs revenus, déjà modestes. 74 % auraient, l’an dernier, rencontré des difficultés financières. Et 50 % auraient peiné à se nourrir. Nous proposons donc, comme premier pas, ce principe simple : la majorité politique est à dix‑huit ans, la majorité pénale est à dix‑huit ans, la majorité sociale est elle aussi établie à dix‑huit ans.

Vous pouvez également retrouver un édito de L’insoumission avec François Ruffin sur le sujet : https://youtu.be/2lmxnZeAiGE




Source

Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser