Repérages : Le différentialisme


Tous les deux mois, Alternative libertaire se propose de décrypter une expression de la novlangue d’extrême droite.

Le terme différentialisme, bien que peu usité par les militantes et militants d’extrême droite, renvoie à une notion pourtant centrale de leur idéologie : le présupposé qu’il existerait des différences essentielles et indépassables entre individus de groupes distincts. Ces différences se basant sur la race, le sexe, ou le peuple supposés de ces groupes justifient ainsi un traitement inégal des individus selon le groupe auquel ils sont assignés.

Contrairement à l’essentialisme qui est la matrice de la pensée racialiste, le différentialisme admet des explications tant naturelles que culturelles à ces différences qui sont présentée comme positives voire «  sacrées  ». C’est justement cette valorisation qui justifie les traitements inégaux des individus dans une volonté de préserver et d’encenser ces différences. Elle peut également poser un vernis de tolérance et de respect sur un discours profondément conservateur. Ce courant de pensé sert ainsi à justifier le racisme culturel.

Le différentialisme désigne en général deux mouvements de pensée principaux  : l’ethno-différentialisme et le féminisme différentialiste.

Le féminisme différentialiste considère qu’il n’existe que les genres «  hommes  » et «  femmes  » et que si on peut envisager l’égalité entre ces deux groupes, il faut refuser l’abolition du genre.

L’ethno-différentialisme est lui un concept théorisé par la Nouvelle Droite  : afin de «  préserver la diversité  » il pousse au refus du métissage. La diversité est repoussée en dehors des frontières.

V. Klemperer

Source link


Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser