S’agenouiller en arborant le pavillon français, c’est engager tout le peuple de France dans une œuvre de repentance qui lui est étrangère et importée d’outre-Atlantique. Lutter contre le racisme bien sûr, mais sans en faire un totem systémique versant dans le discrédit de notre police. Police qui devrait recevoir de mêmes hommages, pour tous les fonctionnaires assassinés dans l’exercice de leurs fonctions. L’équipe de France est celle de tous les Français : ses positions ne peuvent être à géométrie variable.

Source

Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser