Tchad : la mort d’Idriss Deby ne règle rien



Communiqué du groupe parlementaire La France insoumise.

Le dictateur tchadien Idriss Déby est mort. Une junte dirigée par un de ses fils s’est immédiatement installée à la tête du pays sans tenir compte de la constitution. La France insoumise déplore cet état de fait et désapprouve fermement le communiqué de l’Elysée à ce sujet.

La France ne peut ainsi rendre hommage à un despote, en oublier les victimes et n’exprimer aucun souci ni de la légalité ni du respect des droits de l’Homme. Si la France veut véritablement se « tenir aux côtés du peuple tchadien » comme le prétend le communiqué de l’Elysée, elle doit appeler au retour à l’ordre constitutionnel et à l’organisation d’élections libres dans le délai prévu par la constitution tchadienne (90 jours maximum).

La France insoumise forme le vœu que le peuple tchadien saura sortir libre et souverain de cette période d’incertitude.



Source link


Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser