Par Jean-François Touzé, Délégué général du PdF.

De régicides en attentats, de jacqueries en émeutes populaires, d’insurrections en barricades, de campagnes d’intimidation syndicale en sabotages, de combats de rue en attaques de meetings, la violence politique a toujours existé en France, et, dans notre société polissée, elle a plutôt perdu de son intensité.

L’actuel débat sur la tension politique que semblerait connaître notre pays est donc factice. Il relève d’un artifice du pouvoir pour tenter, à moins d’un an de la Présidentielle, alors que la campagne est d’ores et déjà engagée, de faire diversion et de faire oublier la vraie violence que connait la France, violence oh combien réelle celle là, qui, si un coup d’arrêt, n’est pas donné en 2022 débouchera sur le chaos global.

Cette violence c’est l’ensauvagement général venu d’ailleurs qui se répand, déferle et se déverse, transformant nos villes et nos villages en coupe-gorges et notre sol en terrain de jeux tribaux.

Source link

Recevez directement les notifications sur votre navigateur ! Refuser Autoriser